MENU avec accès direct

POE

P.O.E =Power (énergie) Over Ethernet. 

   



  • Le POE est une technique permettant d’ajouter aux câbles réseau un courant électrique afin d’alimenter des périphériques réseau sans avoir besoin de les placer à proximité immédiate d’une prise électrique.
    Cela  permet par exemple de brancher des caméras de surveillance IP ou encore de placer des points d’accès Wi-Fi supplémentaires à l’aide d’un seul câble réseau


  • Ce qu'il faudra faire (selon le matériel): 

--> Soit injecter de l'énergie (le courant) sur un cordon RJ45, Cat 5 qui sert déjà au transport de vos données sur un réseau IP (l'injecteur PoE),
-->  Soit  séparer  l'énergie et les données transportées sur un cordon informatique sur deux cables distincts (le splitter PoE),
-->  Soit  recevoir de l'énergie via un cordon RJ45 - Cat 5.


  • Niveau matériel : On utilisera  un switch POE qui injecte l'énergie, si non on ajoutera avec du matériel classique
    • un injecteur POE qui injecte l'énergie
    • un splitter qui sépare énergie et données
  • Pour quoi faire ?

Le POE (power over ethernet) est surtout utilisé en vidéosurveillance : Pourquoi s’embêter à utiliser des prises électriques quand on peut alimenter son matériel à l’aide d’un simple câble réseau ? Lancez-vous avec Power over Ethernet pour faire des économies de temps et d’argent.

1-GENERALITES

De nombreux appareils utilisent maintenant le système PoE (Power Over Ethernet) pour auto-alimenter des périphériques réseau par le cordon de liaison RJ-45 et ainsi se passer d'adaptateur secteur.


  • SOLUTIONS Actifs // passifs
Parmi les solutions PoE on distingue:

- les systèmes Actifs conformes aux directives normalisés sous l'appellation IEEE 802.3af (PoE) et IEEE 802.3at (PoE+) 



les systèmes Passifs ne répondant qu'aux spécifications propriétaires de certains constructeurs.

PoE Passif

Les modèles PoE Passifs sont souvent plus économiques mais limités dans les
performances à 100 Mbps.

La distance entre l'injecteur et l'appareil alimenté dépasse rarement 30
m sans dégradation du signal, contrairement aux modèles Actifs 100 Mbps ou Gigabit atteignant
sans problème les 100 m d'une liaison Ethernet classique.




PoE Actif :
EndSpan (mode A) ou MidSpan (Mode B)
 ces termes définissent les 2 paires utilisées pourtransporter le courant de 48 volts en même temps que les paquets de données réseau.
Mode A EndSpan : les fils utilisés sont donc 1, 2, 3 et 6
Mode B MidSpan : le courant passe par les fils 4, 5, 7 et 8





=> Il est donc important de connaître le mode de fonctionnement de votre switch PoE pour que l'équipement que vous allez lui raccorder puisse recevoir l'alimentation.

Un testeur  aide a déterminer le Mode A ou B utilisé.


  • PUISSANCE

La puissance des switchs ou injecteurs PoE , aussi appelés PSE (Power Source Equipement), est aussi un critère important dans votre choix pour qu'il satisfasse votre besoin.

Un port PoE norme 802.3af délivre une puissance maxi de 15,4w
 et
 un port PoE+ norme 802.3at doit fournir jusqu'à 25.5w voire plus chez certains fabricants.

Les périphériques auto-alimentés par le PoE (PD Powered Device) se déclinent selon des classes et consomment rarement la totalité du courant fourni par le PSE il faut dont établir le bilan énergétique pour connaître l'alimentation nécessaire.

Voici quelques indications de consommations :
• Téléphone IP Poe : 3 à 5 W
• Point d'accès WiFi intérieur : 6 à 10 W
• Caméra IP d'intérieur : 8 à 12 W
• Caméra IP motorisée : 10 à 15 W
• HotSpot externe : 10 à 20W (dual-band jusqu'à 25 W)
• Caméra IP externe avec caisson chauffé anti buée : 15 à 25 W
• Caméra IP SpeedDome extérieur : 12 à 25 W

  • AVANTAGES
- réduire les coûts :
Même s'il’il faut quand même passer des câbles réseau, c'est  plus facile et plus économique que de passer  câbles réseau et  fils électriques avec des prises en plus. Et ce même à l’heure du Wi-Fi, ce dont on se passe volontiers quand on souhaite une fiabilité maximale.

-plus sécurisant  :
la tension est toujours inférieure à 60 V et qu’il ne circule que de faibles puissances. La maintenance est également facilitée, car avec PoE, vous pouvez contrôler l’alimentation électrique à distance comme vous le feriez des ports Ethernet, c’est du moins valable si vous utilisez un switch administrable ou compatible SNMP. Si tel est le cas, vous pouvez par exemple couper l’alimentation des caméras quand vous êtes à domicile et les réactiver en votre absence pour ne pas empiéter sur votre vie privée. Il y a aussi l’avantage du regroupement de l’alimentation. Par exemple, il suffit que vous placiez votre switch PoE sur un onduleur pour que toute votre vidéosurveillance continue de fonctionner même si un voleur a coupé le courant après son effraction.





2-MODES D'INSTALLATION





1-Installation non POE 










Dans une installation non POE,  pour chaque équipement actif IP ou périphérique (switch, convertisseur de média, Hub, PC, imprimante, caméra IP) on a toujours :

 - un câble informatique équipé de 2 prises RJ45 pour recevoir et envoyer les données (les "data" en anglais)
  - un cordon électrique pour se brancher directement sur le secteur ou  via le bloc d'alimentation (pour les produits en 12 Vdc ou 24 Vdc par exemple).

Donc nécessité de 3 câbles  à chaque fois :





2-Installation non POE avec un tronçon POE (POE PASSIF)


Dans ce deuxième cas de figure, on utilise un tronçon de cable cat 5 (ou +) pour transporter l'énergie d'un point à un autre sur un réseau. Les équipements périphériques (switch, caméra IP...) de ce réseau n'ont pas besoin d'être PoE.

Pour faire le transport de l'énergie sur le cable Cat 5, on va au point "A" injecter le courant (12Vdc par exemple) grace à un injecteur PoE , puis au point "B" on sépare à nouveau l'énergie des données sur un cordon électrique grace à un splitter PoE.


Intérêt :  permet de faire l'économie d'un point électrique coté caméra :




3- Installation (POE ACTIF) vers équipement récepteur PoE ec caméra PoE


Ici on utilise des équipements "POE" capables de séparer l'énergie injectée sur le câble Cat 5 (switch PoE ou caméra IP Poe par exemple).

On injecte grâce à un injecteur PoE sur une partie du réseau l'energie sur le câble informatique vers des équipements périphérique POE (caméra Ip PoE ou Convertisseur Fibre Optique PoE).




4-Installation Full POE



Comme son nom l'indique, tous les équipements sont POE :et surtout  le switch PoE via sa propre alimentation joue le role d'injecteur POE et va alimenter les équipements périphériques PoE, (caméra PoE  le plus souvent dans notre domaine de la vidéosurveillance) :



L'installation ne nécessite donc qu' un seul point électrique 220 Volt, celui du switch PoE ... donc plus besoin de prise électrique coté caméras ! l'idéal 



 3-MATERIEL

Pour utiliser PoE, il faut utiliser du matériel compatible des deux côtés.


  • Câble éthernet
Une liaison Ethernet classique en 100Mbps s'établit en utilisant des cordons RJ-45 dont 8 fils sont câblés mais seulement 4 ne servent qu’à véhiculer le signal du réseau (fils 1,2,3 et 6). Le concept du PoE est d'utiliser les 4 fils restant (4,5,7 et 8) pour autoalimenter en électricité un périphérique réseau offrant ainsi l'avantage de pouvoir installer l'appareil dans un lieu dépourvu de source de courant.


  • UN SWITCH POE pour commencer
Il existe de nombreux switchs réseau compatibles PoE, ils coûtent sensiblement plus cher leurs homologues sans PoE.

Ex:
-Netgear  GS308P vendu 80 €.  switch gigabit 8 ports dont 4 sont compatibles PoE, c’est idéal pour un petit réseau de vidéo surveillance.
-D-Link DGS-1008P (8 ports dont 4 PoE à 75 €)
-Ubiquiti Toughswitch 5 PoE (5 prises PoE, 100 €).

=> Il existe des modèles plus conséquents  pour des  installations plus complexes

Quel que soit votre besoin, faites attention à surveiller le budget électrique du switch que vous convoitez. Comme la bande passante du fond de panier doit suffire pour transmettre les données plein pot à chaque port Ethernet, le budget électrique doit être suffisant si vous branchez de nombreux clients.
Exemple : le D-Link DGS-1210-10P qui offre 8 ports PoE est caractérisé par un budget électrique de 78 W. Il suffit de diviser 78 par 8 pour se rendre compte qu’il n’est pas possible de sortir 15 W par port, mais seulement 9,75 s’ils sont tous sollicités à fond en même temps. Dans la pratique, vous pourrez certainement utiliser les 8 prises d’un coup, mais il ne faut pas y brancher des clients trop énergivores.





  • INJECTEURS ?

Si vous n’avez pas beaucoup d’appareils à alimenter en PoE et que vous possédez déjà un switch réseau qui vous convient parfaitement, il est plus économique d’acheter des injecteurs PoE.
Un injecteur est une mini alimentation électrique (qui se branche sur le secteur) dans laquelle vous entrez un câble Ethernet avec uniquement le signal réseau et sur laquelle vous branchez de l’autre côté un câble Ethernet mélangeant courant et réseau pour aller vers votre périphérique.

injecteur PoE qui ajoute un courant électrique 
au signal de données qui transite déjà dans le câble Ethernet.

S’il existe des injecteurs professionnels (on parle alors de Midspan, des appareils généralement au format rack 19’’), l’usage d’un particulier se satisfait de ce qu’on trouve sur Amazon et consorts, c’est-à-dire des injecteurs PoE.
Il en existe des ‘’no name chinois’’ dès 5 € tandis que ceux de grande marque (TP-Link, Linksys…) se vendent de 15 à 60 €. Il en faut un par client. Méfiez-vous des injecteurs passifs, les moins chers, nous allons y revenir.


  • LES CLIENTS POE ?

Une fois que vous avez vos sources PoE, il s’agit de les brancher à des clients qui seront ainsi branchés au réseau et alimentés électriquement via le même câble.

Le câblage  ne nécessite rien de spécifique : un câble Ethernet de Catégorie 5 est déjà compatible PoE+, il ne faut pas de câble spécifique ce qui est un des grands intérêts du PoE.

 Du côté des clients, il existe des appareils spéciaux conçus nativement pour le PoE. C’est le cas de nombreuses caméras IP, généralement des modèles pros, mais il en existe dans l’offre grand public comme l’Arlo Q+ . Dans le cas d’un matériel natif PoE, il n’y a rien d’autre à faire que brancher le câble Ethernet, tout se passe automatiquement.

Des SPLITTERS
Mais de la même manière qu’il existe des injecteurs pour ajouter un courant électrique dans le réseau Ethernet, vous pourrez acheter des splitters pour transformer tous types d’appareils réseau afin de les utiliser en PoE.
 Le splitter fait donc l’étape inverse, il reçoit un signal PoE et sépare courant et données dans deux câbles différents.



splitter "non name"

Les splitters bon marché  se contentent d’une prise Ethernet avec quatre fils, limitant les débits à 100 Mb/s, suffisant pour des caméras IP classiques.
En revanche, il est tout à fait possible d’utiliser PoE en conservant des débits Gigabit. Dans pareil cas, sachant que le Gigabit nécessite l’emploi des huit fils, le courant et les données transitent conjointement sur deux des quatre paires, ils ne se gênent pas, car leurs fréquences sont très différentes (50 Hz pour le courant, plusieurs milliers de Hz pour l’Ethernet).


  • MATERIEL

Aujourd'hui, on trouve facilement du matériel POE, surtout 

-dans la surveillance par caméra

-Switchs POE

  • PRÉCAUTIONS D’EMPLOI

La norme PoE est très facile à utiliser, tout est géré automatiquement. Ainsi, vous ne risquez pas de détruire un appareil incompatible en branchant un câble venant d’une prise PoE. A chaque branchement, le switch envoie une impulsion électrique et, selon la valeur de résistance mesurée sur le client, il enverra l’alimentation électrique ou non.

Mais il existe aussi  des injecteurs passifs :il faut se méfier de ces matériels qui ne transforment pas le courant, car, du coup, vous pourriez vous retrouver avec des tensions totalement inappropriées à votre matériel ; si ce n’est pas précisé, jugez à leur gabarit.

Les injecteurs/splitters passifs sont très compacts, quasiment de simples câbles tandis que les modèles actifs qui embarquent un peu d’électronique mesurent plusieurs centimètres en plus de leurs câbles.

Vous pouvez toutefois utiliser un kit injecteur + splitter passif s’il s’agit simplement pour vous de déporter le transfo de votre périphérique client. Il faut également avoir en tête que l’utilisation d’injecteurs et splitters consomme toujours un peu d’énergie, limitant d’autant plus ce qui reste disponible pour le client.

Enfin, si le regroupement de tous les appareils PoE sur un switch présente des facilités de gestion, ne perdons pas de vue dans l’optique d’une stabilité maximale que si ce switch tombe en panne, tous les équipements qui sont alimentés par ce dernier deviennent inopérants le temps de votre intervention.


4-QUELQUES SCHEMAS DE CONNEXION




























Liens et sources

-Présentation générale simple et claire
http://connectinfo.over-blog.com/article-le-poe-power-over-ethernet-en-videosurveillance-explication-pour-les-nuls-51457697.html
-Expication matérielle
https://www.hardwaremag.fr/power-over-ethernet-poe/
-PDF  explications et surtout  description de matériel
http://www.gelcom.fr/pdf/4/132-135.pdf